chronique de voyage/ aménagement de l’atelier tidawt

Malik a rangé les kimonos apportés dans un grand carton, il espère augmenter le stock pour que chaque enfant trouve un kimono le soir pour le cours. Certains en ont à la maison mais sans possibilité de pratiquer dans un cours, d’autres veulent absolument s’inscrire aux cours de karaté mais n’ont pas de kimono.

Capture d’écran 2019-03-02 à 18.55.17

Malik fait des comptes-rendus de chaque réunion des bénévoles. Il dresse des listes du matériel, des inscriptions, des dépenses et des aménagements de l’Atelier.

Kildjate donne les cours de guitare, de percussion ; chaque enfant un cahier et note ce qu’il a fait pendant la séance et ce qu’il doit faire pour commencer la prochaine. Il y a même un jeune élève qui habite à l’opposé du quartier, derrière l’aéroport, et qui ne peut bien sûr pas venir chaque jour, qui vient une fois par mois et reste dormir la nuit pour profiter du lendemain en cours !

P1000621
cours de karaté à 18H
P1000620
Maître Malik et ses élèves
P1000618
tidawt c’est aussi le karaté belle leçon de concentration
P1000615
tidawt est un atelier solidaire pour filles et garçons
P1000623
Les enfants assistent au cours de karaté sur nos nouveaux bancs fabriqués maison 😉
P1000624
Pas un bruit dans ce cours !

Nous faisons des photographies « tendance déco » du lieu tellement nous sommes heureux d’apporter des améliorations petit à petit.

Malik, Kildjate et Faissal (jeune frère de kildjate) m’ont emmenée dans des quartiers fabuleux : le bricolage et le mobilier de 2emain ! Extraordinaire ! rempli de matériaux de toutes sortes, des ateliers ouverts sur la rue, un monde dingue et des hommes qui portent sur leurs têtes des tiges de métal de 4 m de long, des plaques de bois, des outils, des brouettes qui emportent des briques, des sacs de ciment, des tôles… ; et tu trouves «Lipton » aussi pour te désaltérer, et plein de trucs à manger : sala (beignets de riz) ; Kilichi, des «feuilles » de viande grillées extra fines et croustillantes comme des chips, un peu épicées.

On a fait l’acquisition de 4 palettes (qui ne tenaient pas dans la voiture) pour poser des matelas dessus, des longues planches épaisses (pour fabriquer les bancs) un marteau, des clous, et un bureau tout neuf au quartier « seconde main ».

Les garçons sont en effervescence, et tout est finalisé très vite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Entre les sorties en brousse pour faire « taguila chap chap*» ou pas « chap chap » ; une soirée dans un restaurant bar ; la soirée en famille « de Noël » comme j’étais là 😉

Immersion au Grand Marché avec Sakina la femme de Kildjate, jeux de ballon, de cartes, écriture et calcul avec les enfants et grandes discussions ponctuées de fous rires avec Moussa mon ami de 35 années (père de Kildjate), le temps passe trop vite.

++++++++++++

Je serai malheureusement malade 4 jours avant d’aller à la clinique me faire soigner (les médicaments classiques emportés ne faisant pas effet) : déshydratation intense, 3 sérums par jour en perfusion X 2 jours !

J’ai perdu un temps précieux et nous devions nous rendre à l’Ambassade pour officialiser notre structure sur place à Niamey, chercher les matelas et le canari (les garçons feront ça sans mal) et chiner des souvenirs…

*chap chap : vite vite

petite chronique de voyage/ aménagement de l’atelier – Catherine – secrétaire de l’association tidawt –

P1000611

IMG_6575
avec « mes fils » touaregs Kildjate et Faissal
IMG_6645
Au bord du fleuve… j’ai chaud !
IMG_6644
Fleuve Niger
P1000607
Et oui ….
IMG_6651
ça donne du goût à la boulangerie 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *